mardi 1 septembre 2015

La vipère aspic

La forêt de Fontainebleau abrite 11 espèces de reptiles (plus une espèce de tortue introduite) soit 100 % des espèces présentes en Ile-de-France. Parmi elles, la fameuse vipère aspic !

Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Les serpents forment sans doute la catégorie de bestiole la plus détestée de France. Et pourtant... il n'y a pas grand chose à craindre d'eux avec un minimum de prudence. Reste que ces reptiles, et notamment les vipères, font peur. Une peur instinctive, primale, qui plus est entretenue par les légendes à commencer par la Bible !

La forêt de Fontainebleau est un site d’une richesse herpétologique exceptionnelle : 11 espèces de reptiles (plus une espèce de tortue introduite) soit 100 % des espèces  présentes en Ile-de-France. Le Lézard des souches (Lacerta agilis) est une espèce continentale, de climat tempéré et frais, dont l’Ile-de-france constitue sa limite occidentale, alors que le Lézard vert (Lacerta viridis), la Couleuvre d’Esculape (Elaphe longissima) et la Couleuvre vipérine (Natrix maura), atteignent en Ile de France leurs limites septentrionales. Il y a aussi le lézard des murailles (Podarcis muralis), l'Orvet (Anguis fragilis) la Coronelle lisse (Coronella austriaca) souvent confondue avec les vipères, et la couleuvre à collier (Natrix natrix), plus communs en ces bois.

Les Vipères de Fontainebleau, la suite ci-dessous :



Une à deux fois par an, je vois des vipères lors de mes sorties en forêt de Fontainebleau. Je ne les recherche pas spécialement. Mais quand l’occasion se présente, et qu'elles acceptent de collaborer, je ne refuse pas une petite séance de shooting !

Il en existe 2 espèces à Fontainebleau.  La vipère aspic (Vipera aspis) est une espèce para-méditerranéenne centrale, dont l’extension vers le nord de la France est limitée par des facteurs climatiques. La forêt de Fontainebleau constitue donc sa limite de répartition nord alors que la vipère péliade (Vipera berus) est une espèce nord-eurasiatique et a des exigences thermiques moindres que l’aspic. En forêt de Fontainebleau, elles cohabitent, mais ne se trouvent pas dans les mêmes milieux : la vipère aspic vit dans des endroits plutôt secs et bien ensoleillés, alors que la vipère bérus fréquente davantage les milieux frais et humides. Pour distinguer, l'une de l'autre, mieux vaut étudier de près leur sourire (donc les photos), la disposition des écailles entre la lèvre et l'oeil étant différente !

La vipère aspic est un "petit" serpent comparé aux longues couleuvres. Elle ne mesure que 50 cm à 70 cm une fois adulte ! Il existe plusieurs critères pour distinguer une vipère d'une couleuvre (forme de la tête et du corps, pupille...) mais comme en général, la rencontre entre le serpent et l'humain tourne souvent à la panique et et la fuite, retenez qu'un trait noir plus ou moins épais zigzaguant de la tête à la queue est un indice sérieux de vipère.


Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau

Notez que le trou fait à peine 4 cm de diamètre et que le bloc de 1 mètre se trouve sur un circuit d'escalade pour enfant....

Une des particularités morphologique de cette espèce est la multitude de combinaisons de couleurs et l’épaisseur du zigzag. En clair, vous pouvez croiser une vipère grise, une marron, une très foncée (presque noir) et toutes les nuances de couleurs entre ces 3 teintes.


Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
La morsure est bien entendu une affaire à prendre au sérieux. Une morsure de vipère aspic ne s’accompagne pas forcément d’injection de venin car le serpent l'économise pour chasser. Mais reste qu'entre la panique et le risque, mieux vaut l'éviter. Sachez qu'il y a plus de décès suite à des piqûres de guêpes et frelons que de vipères en France (moyenne 1 / an). Comme en plus les vipères sont de nature craintives, elles auront tôt fait de prendre la fuite. Soyez quand même prudents, notamment sur les sentes où les fougères cachent la visibilité, avec des enfants et des chiens et dans les trous de certains rochers !!! Un membre du GERSAR (les gravures rupestres de Bleau) en a fait l'amer expérience lors d'une sortie il y a quelques années.


Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Vipera aspis, Forêt de Fontainebleau, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
En attendant, si vous croisez un serpent, quel qu'il soit, laisse fuir ! Ce sont des espèces fragiles et protégées. Ne les tuez pas. Merci !

Greg des blocs

Auteur & Photographe

Passionné de nature et de sport, je participe à la rédaction de plusieurs magazines et portails d'information

Engagé dans la préservation des sites naturels, je partage ici certaines mes connaissances sur le Pays de Fontainebleau en les illustrant de mes observations photographiques.

1 commentaires:

  1. Pas question de les tuer mais je ne leur ferai pas non plus la causette.

    RépondreSupprimer